Erreurs dans les tractions avec haltères

Erreurs dans les tractions avec haltères

Erreurs dans l’exercice

Les erreurs techniques sont similaires dans les deux variantes de l’exercice :

« Hochement de tête » ou baisse de la tête.

Si le souleveur rapproche le menton de la poitrine, il exerce une pression excessive sur la colonne cervicale, ce qui peut entraîner des blessures. Avec la tête baissée, il est difficile de tirer le poids avec la force musculaire et beaucoup utilisent l’inertie ;

La barre ne se déplace pas vers la taille, mais vers la poitrine.

Cela signifie que beaucoup de muscles supplémentaires sont impliqués – le bras est trop plié au niveau du coude, l’interprète ne contrôle pas le travail de la jambe large et tire de manière saccadée. On peut parfois voir des athlètes retirer l’avant-bras perpendiculairement à l’axe de la colonne vertébrale et tirer aux dépens du faisceau musculaire du deltoïde arrière. Si cela n’est pas fait exprès, il faut comprendre que la charge est retirée du dos ;

La kettlebell est soulevée par à-coups.

Un rythme trop élevé, le fait de pousser les pieds hors du sol et la rotation autour de l’axe de la colonne vertébrale sont les principales raisons pour lesquelles l’athlète ne peut pas faire travailler les muscles correctement. Cela peut entraîner des blessures si le poids est trop important et les mettre hors service pendant une longue période. Le plus souvent, cette technique provoque un spasme du muscle trapèze, le surchargeant et provoquant des douleurs dans le trapèze, le cou et l’arrière de la tête ;

Le dos de l’athlète est rond et il est impossible d’atteindre le support avec la main.

Cette variation entraîne un manque de stabilité de la colonne lombaire. Cela peut entraîner des blessures graves et une perte de contrôle de la position du corps de l’athlète. La variante du dos rond fait surtout « travailler » les biceps et les trapèzes, elle est donc à éviter. Si le dos est rond, il vaut la peine d’essayer un support plus élevé ;

Secousses du bras et de la jambe d’appui.

On parle souvent de faiblesse musculaire, mais le problème peut aussi être causé par un athlète qui ne contrôle tout simplement pas la position de son corps dans l’espace et qui surcharge le côté porteur. Le problème peut également être causé par un plan d’entraînement déséquilibré, c’est-à-dire une surcharge des jambes et des muscles de l’écorce ;

Les biceps commencent.

Ce mouvement élimine presque complètement le dos du travail. Il « vole » la charge des muscles rhomboïdes et oblige le souleveur à ne travailler que les bras. Pour se débarrasser de ce problème, il est conseillé de se concentrer sur le rapprochement de l’omoplate de la colonne vertébrale. Vous pouvez imaginer votre bras comme un crochet ou un support qui bloque simplement le poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *